Comment vérifier rapidement l'état d'une éolienne ?

En empruntant la voie des airs

Depuis quelque temps déjà, un vent nouveau souffle sur l'État le plus septentrional d'Allemagne, le Schleswig-Holstein. En effet, le Worldwatch Institute Europe a annoncé qu'en 2014, cet État a été le premier du pays à répondre à 100 % à sa demande énergétique à partir de ressources renouvelables.

Depuis son inauguration en 1995, le parc de Twedt, près de la frontière danoise, est une source d'énergie importante pour le Schleswig-Holstein. Comment l'entretien de ses éoliennes est-il assuré ? Depuis peu, le contrôle aérien par drones a remplacé les contrôles manuels. Pour en savoir plus, nous avons rejoint Philipp Dethlefsen-Jürgensen, pilote de drone, spécialiste en agriculture et directeur de SkyTec.

Plus économique

« Aujourd'hui, nous allons inspecter les éoliennes avec un drone pour vérifier l'absence de dégâts ou d'anomalies », nous explique-t-il. « Avant, les pales étaient contrôlées par des techniciens cordistes, mais la préparation et la vérification leur prenaient plus de temps. Le drone travaille vite et avec peu de temps d'arrêt, ce qui est bien plus économique. »

Philipp Dethlefsen-Jürgensen nous explique que l'idée d'utiliser des drones lui est venue, car il travaille dans une exploitation et étudie l'agriculture. « Je voulais utiliser un drone pour réaliser de l'agriculture de précision, améliorer notre utilisation des engrais et insecticides et réduire les coûts. Etant donné que j'ai choisi un drone polyvalent, je peux proposer des services supplémentaires. C'est pour cette raison que j'ai fondé SkyTec. »

Préparez-vous au décollage.

« Un drone permet d'effectuer des contrôles plus fréquents et de détecter les fissures avant que les dommages ne deviennent trop coûteux. »

Philipp Dethlefsen-Jürgensen, SkyTec

Identification précoce des dommages

Comment Philipp Dethlefsen-Jürgensen procède-t-il ? « J'allume mon drone, qui fonctionne à l'aide d'une batterie, et je l'envoie photographier les éoliennes », explique-t-il. « Il prend entre 200 et 300 photos par vol, sous tous les angles, à une distance de 2 m. Le pilotage est un peu plus difficile mais, comme la résolution est élevée, je peux zoomer de manière importante et détecter de petites fissures très rapidement. »

« Je stocke ensuite ces photos sur un serveur par sécurité, puis je les examine en détail pour vérifier s'il y a quoi que ce soit d'anormal. En cas de problème, je sélectionne l'image et je lui assigne une catégorie, selon qu'il s'agit d'un dommage léger ou d'un dommage plus important. Ainsi, le client peut facilement analyser les images. »

« Le drone travaille vite et avec peu de temps d'arrêt, ce qui permet d'effectuer des contrôles plus fréquents et ainsi de résoudre les problèmes avant qu'ils ne prennent trop d'ampleur et deviennent trop coûteux. La réparation des petites anomalies ne coûte pas forcément beaucoup d'argent. »

« Le point le plus important est que le drone n'est pas sensible aux champs électromagnétiques entourant les bâtiments ou les éoliennes. »

Philipp Dethlefsen-Jürgensen, SkyTec

Les petits détails font toute la différence

Philipp Dethlefsen-Jürgensen a déjà eu l'occasion d'utiliser du matériel Topcon. « Sur l'exploitation, toutes nos machines agricoles utilisent le système de suivi parallèle de Topcon. Lorsque j'ai décidé de commencer à travailler avec un drone, j'en ai testé plusieurs. J'ai fini par opter pour le Falcon 8. C'est le modèle le mieux équipé et il est adapté à de nombreuses applications, comme l'inspection, l'arpentage, etc. Grâce à lui, je peux proposer divers services. »

« Le Falcon est simple d'utilisation. Il est stable, même lorsque le vent souffle fort. Les caméras sont de très bonne facture et proposent une résolution élevée, ce qui donne de très belles images, très nettes. C'est un point très utile dans ce type d'utilisation, lorsque les petits détails font toute la différence. Le point le plus important est que le drone n'est pas sensible aux champs électromagnétiques entourant les bâtiments ou les éoliennes. Comme ça, je ne perds pas le contrôle et le Falcon ne s'écrase pas. Nous avons des éoliennes à la maison, j'ai donc pu m'entraîner au pilotage. Maintenant, je peux utiliser cette expérience ailleurs. »

Ainsi, Philipp Dethlefsen-Jürgensen contribue à la production importante d'énergie renouvelable assurée par le parc éolien de Twedt. Le Schleswig-Holstein est un véritable pionnier dans ce domaine. Si vous parcourez les paysages naturels exceptionnels de la région, vous apercevrez peut-être le drone de Philipp Dethlefsen-Jürgensen s'élever dans les airs pour s'assurer que tout va bien.

More Stories