Quand les flammes sont une solution

Protection du patrimoine paysager de l'Allemagne

Au cœur de l'Allemagne, dans le Harz, un petit insecte sournois fait des ravages. Entourés par les collines calmes et verdoyantes de l'Innerstetal, nous rencontrons les héros d'@fire, appelés à la rescousse.

@fire intervient dans le monde entier pour aider les victimes de catastrophes naturelles, comme les tremblements de terre et les incendies. « @fire est une organisation à but non lucratif fondée en 2001, année au cours de laquelle des incendies de forêt ont ravagé de nombreux pays européens. Du Portugal à la Grèce, la situation était chaotique. Les pompiers allemands n'ont pas pu offrir leur assistance, car l'État fédéral ne dispose pas de ressources permettant d'intervenir à l'étranger. @fire permet de pallier ces lacunes », explique Hugo Tripp, pompier d'@fire et membre du conseil d'administration de l'organisation.

« Nous sommes tous bénévoles. La plupart d'entre nous sont des pompiers, mais nous comptons dans nos rangs plusieurs experts en forêts. Notre objectif est d'offrir notre assistance lors des feux de forêt, partout dans le monde. Nous ne faisons pas que lutter contre les incendies : nous procédons également à la recherche et au sauvetage des victimes, et prodiguons les premiers soins. »

La situation présente est bien différente. Que faisons-nous dans le Harz ? Hugo Tripp : « Nous sommes ici pour protéger le patrimoine paysager de l'Innerstetal, entre Clausthal et Wildemann. »

« Nous utilisons notre expertise de la lutte anti-incendie pour brûler la lande de manière contrôlée. »

Hugo Tripp, @fire

Une méthode très efficace

« Malheureusement, cette lande de bruyère a été ravagée par un insecte et nous avons dû intervenir. La bruyère morte et l'herbe qui a pris sa place doivent être éliminées. Ainsi, la bruyère encore intacte pourra se développer et les graines au sol pousser, ce qui assurera la pérennité du site. »

Si le feu peut-être un problème, il peut également s'agir de la solution dans certaines situations. C'est là que les flammes entrent en jeu.

« Le feu est très efficace pour se débarrasser des plantes mortes et de l'herbe », affirme Hugo Tripp. « De plus, il n'y a pas vraiment d'autres solutions dans le cas présent. Les collines sont trop pentues pour permettre l'utilisation de machines. L'installation d'animaux, des moutons par exemple, est également impossible, car le sol a été contaminé par des métaux lourds. Ces métaux nuiraient à la santé des animaux, dont la viande ne serait plus consommable. Nous utilisons notre expertise de la lutte anti-incendie pour brûler la lande de manière contrôlée. »

« La caméra infrarouge du drone nous permet de localiser facilement les points encore chauds après l'incendie et de les éteindre. »

Hugo Tripp, @fire

Extinction des points chauds

Une fois la lande en feu, la technologie moderne entre en action.

« Nous utilisons un récepteur GNSS et une tablette pour mesurer et documenter les zones brûlées », détaille Hugo Tripp. « Nous pouvons ainsi les localiser plus facilement par la suite, lorsque nous venons vérifier que la bruyère se rétablit correctement. Les collines sont si pentues que nous devons absolument disposer de données d'altitude d'une grande précision. La technologie nous évite de nous inquiéter de ce problème. »

Et ce n'est pas tout. Une fois les flammes éteintes, les pompiers d'@fire font appel à un Falcon 8, un drone souvent utilisé dans les collines et montagnes. « Grâce au Falcon 8, nous pouvons agir plus intelligemment. Il est équipé d'une caméra infrarouge qui nous permet de localiser facilement les points encore chauds après l'incendie et de les éteindre.

Nous ne disposons que d'une quantité limitée d'eau, que nous devons transporter nous-mêmes dans les collines. En ciblant ces points chauds de manière précise, nous sommes bien plus efficaces », conclut-il.

Avec les bénévoles d'@fire, Hugo Tripp a préservé la magnifique lande de bruyère du Harz, dont nos descendants pourront ainsi profiter. Quant aux vilains insectes, gageons que certains ont dû avoir chaud.

AUTRES ANECDOTES